Découvrir Bonifacio



Bonifacio, ville millénaire

Au Moyen-âge, Bonifacio était une base quasi imprenable, facile à défendre aussi bien du côté terrestre que maritime. AU XII siecles, les Génois chassèrent donc les pisans de Bonifacio et y installèrent une colonie de 1200 membres, tous des volontaires ligures représentant divers corps de métier. Petit à petit ils développèrent la cité vers l’est où existaient déjà des constructions dont l’église Sainte marie Majeure et aussi des petites rues puisque la « platea longa » (la rue longue) est mentionnée en 1238. Le castello génois fut progressivement entouré de remparts de plus de 2 kms de pourtour.

Si au XIXe siècle, Bonifacio connut un certain renouveau dans le domaine agricole, la situation devait changer lorsque survint le phylloxéra qui anéantit tous les espoirs.
La culture des oliviers permettait à la région de produire 5000 hectolitres d’huile par an.
Il existait également une thonaire dans le golfe de Ventilegne, des fabriques de pâtes alimentaires, une fabrique de bouchons de liège qui étaient parmi les quatre plus importantes de France, la pêche au corail qui fut florissante pendant toute la première moitié du XIXe siècle.
Brusquement tout devait basculer, toutes les sources de travail et de richesses se trouvèrent taries. L’exode de la population était inévitable, surtout vers Marseille. Le coup de grâce fut la guerre de 14-18 et ses conséquences.
En tant qu’importante ville de garnison, Bonifacio tenait le coup.

 

François Canonici, Bonifacio à travers ses rues et ses places
Ed a stamperia 2004


Bonifacio aujourd'hui

Aujourd’hui grâce au tourisme, Bonifacio tente de se « refaire une santé ». La ville historique attire des centaines de millier de touristes par an, ce qui fait d’elle le centre le plus visité de la Corse.
Elle est également au premier rang de la fréquentation des bateaux de plaisance et au second rang après Ajaccio pour l’accueil des navires de croisière.
Ce port de pêche toujours important (siège de la prud’homie et du Bureau des Affaires maritimes) bénéficie d’un trafic quotidien avec la Sardaigne toute proche (14 kms de distance). Avec 300 000 passagers par an, Bonifacio est le 3° port commercial de l’île après Bastia et Ajaccio

 


Aux Alentours de Bonifacio

Le fameux plateau calcaire rejoint le granit en plusieurs endroits et donne une varieté de paysages flamboyant ou  se mêle macquis ,  plage de sable fin, granit rouge et blocs de calcaire